Le plafond de verre

 
 
 
 
 
 
Le Plafond de verre. Changer de regard, Yamina Benguigui, 1DVD
 
VOLET 1 : Les enfants et les petits-enfants d’immigrés dont les parents sont arrivés en France dans les années 50, ont pu grâce à l’école publique, accéder au savoir, acquérir des diplômes. La réussite scolaire et universitaire des jeunes Français issus de l’immigration a d’ailleurs été croissante depuis les années 70.
 
Et pourtant, le taux de chômage des jeunes diplômés issus de l’immigration est trois fois plus élevé que celui de la moyenne nationale.
 
Ce « plafond de verre » pèse lourd sur la tête des enfants d’immigrés. Il est d’autant plus puissamment ancré dans les pratiques professionnelles qu’il est impalpable, invisible, insidieux… Il ne peut être assimilé à un racisme affiché, mais à une discrimination rampante qui s’appuie sur un faisceau informel d’apriorismes :
 
A diplôme égal, ils ne peuvent accéder au système méritocratique, pilier de notre république.
 
VOLET 2 : … Et pourtant, tout comme l’école et l’armée, l’entreprise est ce creuset symbolique qui parvient, grâce au travail, à rassembler toutes les composantes de la société et à donner le sentiment d’appartenir à une nation
Lorsqu’une entreprise donne une chance d’entrer dans le monde du travail à ses hommes et femmes, parfois même par la plus petite porte, leur parcours peut les amener aux plus hauts des niveaux.